vendredi 14 novembre 2014

Balade Santé MPLP - De Belle Vue et de Bernalmont jusqu’à la Petite Bacnure

vue depuis le petit bacnure
Depuis mars 2014, Médecine pour le Peuple Herstal organise tous les deuxièmes dimanches du mois une  balade-santé de +- 2 heures. Rendez-vous à 10h à la maison médicale avenue Ferrer 26 à Herstal. On se rend en covoiturage à notre point de départ. On essaye d’avoir au moins une centaine de mètres sur le territoire de notre Ville.
Notre balade du 14 décembre 2014 part de la gare de Herstal. Il y a quand même deux fois un dénivellé de +- 80 mètres et les sentiers sur un terril peuvent tâcher souliers et bas de pantalon…
On se rend compte que les deux terrils De Belle Vue et de Bernalmont ont été chargés principalement pendant et après la guerre, quand on compare leur taille actuelle avec les mamelles de 1939, lors de l’Exposition de l’eau.
En plus, ils se chevauchent. Les deux charbonnages se sont chamaillés comme des chiffonniers et un géomètre a été appelé assez souvent pour déterminer lequel a débordé sur l’autre. Au vu du résultat, il a perdu son temps…

Pieper et le Bur de la Pucelle

Dans le cadre de la requalification du quartier, la Ville a aménagé un parc ‘paysager’ (=bas entretien- sans connotation négative) sur les flancs des coteaux qui bordent l’ancienne gare de marchandises. Ce parc couvre en fait l’ancien site des Etablissements Pieper, installés dès 1907 rue Petite Foxhalle. Connu par les amateurs d’armes pour ses pistolets de poche Bayard, Pieper a aussi fabriqué dès 1934 la Mitraillette 34 pour l’armée belge. En 1940 une direction allemande supervise la production de mitrailleuses lourdes pour la Luftwaffe. Ce qui explique quelques bombardements de la part des Britanniques à la fin de la guerre. En 1944, les AEP reprennent difficilement leurs activités. La faillite suit en 1953. Les bâtiments ont été détruits en 1957.
A droite, la Rue Champs des Oiseaux était dénommée précédemment chemin des Pucelles, parce que s’y trouvait le bur ‘delle Pucelle’, autrement dit "de la Vierge Marie" exploitée vers 1700.  Le bur avait une profondeur de 47 mètres. Lors d’une balade santé, un participant m’a raconté comment ils jouaient dans les ruines de Pieper et avaient accès à ce puits. Tous ces puits de moins de 80 mètres datent d’avant l’introduction des machines à vapeur, lorsqu’il était très laborieux d’évacuer l’eau en dessous des graviers du lit de la Meuse. On utilisait quand même des  chevaux, des ânes, des chiens lévriers ou des moulins à vent pour actionner des pompes, mais le résultat était aléatoire.
Nous suivons la rue de la Crête dans l’axe de la rue des Vignes. Cette « rue » est bordée d'une série de pavillons, construits par le charbonnage en 1947 pour y loger ses travailleurs étrangers.  Les 20 pavillons de la rue de la Crête étaient réservés aux familles.  Tandis que les pavillons de la rue des Petites Roches étaient aménagés en phalanstère pour les "célibataires".  En réalité, ces "célibataires" étaient pour la plupart mariés mais venus en Belgique sans leurs familles.
On peut faire le tour des 2 terrils à partir de la rue de la Crête en empruntant le passage situé à gauche ou par le passage situé face au n° 46 de la rue des Vignes.

Le terril de Belle-Vue

Cheratte- Hasard photo postindustriel.be
A hauteur des établissements “La Marée”, se trouvait le charbonnage de Belle-Vue. Le Charbonnage de Belle-Vue et Bien-Venue à Herstal est acquis en 1930 par les Charbonnages du Hasard, une ancienne société charbonnière dont la concession se situait sur les territoires de Cheratte, Housse, Barchon, Cerexhe-Heuseux, Soumagne et Fléron. La Société cessera ses activités avec la fermeture de Cheratte en 1977.
Le terril de Belle-Vue a un volume de 1.300.000 m3 et une hauteur de 80 m.  Il a été chargé jusqu'en 1968.  Le terril était chargé par skip, avec au sommet un culbuteur et des glissières.  En bas de la Ruelle des Renards, la maisonnette marquée au fronton ‘1923’ abritait le machiniste et le treuil de la mise à terril du charbonnage de Belle Vue.  Un skips est un wagonnet roulant sur la voie inclinée du terril, les roues arrière étaient doublées de façon à produire le culbutageautomatique du skips lorsque celui-ci arrivait au sommet du terril.

Le terril de Bernalmont

La société charbonnière de la Grande Bacnure fut fondée en 1824.  Sa paire supérieure est située à Bernalmont et sa paire inférieure rue Derrière Coronmeuse.  En 1830, elle reçoit acte de sa concession de 275 hectares. En 1840, elle occupe 260 ouvriers et possède 2 machines à vapeur. En 1862, la concession de la Grande Bacnure est portée à 290 hectares, elle s'étend sous Liège, Herstal, Vottem et Bressoux. En 1920 elle fusionne avec la Petite Bacnure, mais en réalité ces deux sociétés dépendaient depuis longtemps de la famille Braconnier. On réunit alors les différents sièges par un tunnel qui partait d'un étage inférieur du puits de la Petite Bacnure, à - 30 mètres, pour arriver à - 47 mètres au puits de Gérard Cloes et de là aboutir à Coronmeuse dans la rue J. Truffaut entre les maisons nos 49 et 53.  A la paire inférieure rue Derrière Coronmeuse une partie de la production est lavée. C’est par ce tunnel que les pierres résidus du lavoir retournent pour la mise à terril. 
Le terril de Bernalmont http://terrilsdeliege.11vm-serv.net/BERNALMONT a un volume de +/- 3.000.000 m3, une hauteur de 84 m, une masse de 4,9 millions de tonnes et il occupe une surface de 11,50 hectares.  Il fut chargé de 1920 à 1971, des stériles de Gérard Cloes mais aussi d'une partie de ceux de la Petite Bacnure. Le siège de Gérard Cloes fut en exploitation jusqu'en 1960, mais subsista en tant que siège annexe à la Petite Bacnure jusqu'à la fermeture de ce dernier en 1971.

La prairie aux chevaux aveugles.

Au carrefour de la  rue Henri Nottet et de la Lavaniste-Voie, il y avait autrefois une prairie dénommée "la prairie des chevaux aveugles".  C'est là que le charbonnage mettait au vert ses chevaux de fond. A partir du XVIe siècle, des manèges à chevaux faisaient tourner les roues d'extraction, mais ce n'est que vers 1815 que la traction chevaline est utilisée dans le fond.  Au début ils restaient quasi à demeure dans le fond, puis à la faveur des congés payés instaurés en 1936 et de la limitation de la durée du travail hebdomadaire, ils étaient remontés assez régulièrement.
            Sur le fait de savoir s'ils étaient bien traités, les témoignages varient.  Au charbonnage de Milmort il est assez fréquent que des ouvriers soient mis à l'amende pour mauvais traitements infligés aux chevaux.  Pour le seul charbonnage de Cheratte, de 1931 à 1956, au moins 56 cadavres de chevaux furent remontés du fond de la mine.
            Ayant été, avant guerre, objet de dénonciation concernant le mauvais traitement subi par ses chevaux de mine, le charbonnage de la Petite Bacnure invita la Ligue de défense des chevaux de mine à visiter ses chevaux.  Le rapport dressé à l'époque précise que les chevaux en liberté étaient bien soignés, bien traités et "heureux de la récompense qui leur était accordée après une semaine de labeur(Le destin des chevaux de mine, Ed. par la Ligue pour la défense et la protection des chevaux de mine, Liège, 1938).

Le terril de la Petite Bacnure

L’accès au terril se fait par un sentier situé à mi-parcours du tronçon de la rue Campagne de la Bance situé entre la rue de Herstal et la rue de la Houillère. Ce sentier en montée douce conduit à la crête du terril. 
En 1658 une fosse "la Petite Backeneure" existait à La Préalle.  La concession de la Petite Bacnure établie en 1830 couvrait 130 hectares.  Elle s'étendra par la suite sur 238 hectares.  En 1840 la profondeur du puits est de 158 m et le charbonnage compte 227 mineurs. 
La Petite Bacnure a fusionné en 1920 avec la Grande Bacnure. En 1925 le siège de la Petite Bacnure compte 791 ouvriers dont 571 au fond et 220 à la surface.  En 1955 pour les deux sièges, il y a 2012 ouvriers.  Ce charbonnage arrêta son exploitation souterraine en 1971. En septembre 1975 la belle-fleur s'écroule sous les coups des démolisseurs.
Les deux puits de mine de la Petite Bacnure sont marqués par une borne posée sur la dalle de couverture du puits : «Bacnure n° 1 - P.B. - 704 m. - 1971» et pour l’autre «Bacnure n° 2 - P.B. - 702 m. - 1971» (la concession minière, le n° (et la hiérarchie) du puits, le nom du siège du charbonnage, la profondeur et l’année de fermeture du puits. Ces emplacements de puits de mine sont protégés par la législation minière.  Il s'agit de la profondeur totale du puits, pour les mineurs la cage descendait à 675 mètres, ensuite les mineurs descendaient plusieurs grâles pour atteindre jusqu'à 900 mètres).
La hauteur du terril par rapport au niveau du sol est de 83 mètres. Le sommet du terril est à 198 m d’altitude. Il fait 3,2 millions de m3 et 5,6 millions de tonnes.
D'après un sondage réalisé par l'INIEX en 1977, 25 % de son volume était en combustion. Au sommet, on peut observer, sur une vingtaine de m², des boursouflures ou des croûtes par lesquelles s'échappent des fumerolles faites de vapeurs d’eau et de gaz sulfureux. J’ai eu le plaisir de montrer ces fumerolles à un artiste en résidence aux ateliers RAVI de la Ville de Liège (Résidences Ateliers Vivegnis International, Jerome Giller, qui a fait sur cette base un vidéomontage magnifique que j’espère un de ces jours pouvoir vous présenter.

Une nébuleuse de sociétés gravitant autour des terrils

entrée charbonnage cloes
La S.A. de la Grande Bacnure existe toujours, comme société en en liquidation. Elle a confié la gestion de ses propriétés à la s.c.r.l. Société Immobilière Régionale (SIR), ensemble avec d’autres charbonnages. La S.I.R.est donc propriétaire de l’assiette du terril. Elle aussi est en liquidation depuis 2000. Les droits d'exploitation du schiste du terril ont été confiés à la s.a. Betorix, puis par la suite à la s.a. Fondation Sud-Africaine (FSA).  A noter que la s.a. de la Grande Bacnure, la S.I.R., et la F.S.A. sont des sociétés interdépendantes qui ont des administrateurs communs et avait une adresse commune: rue du Petit-Chêne, 95. L'expert Petitjean parle de "ceux qui gèrent la nébuleuse de sociétés gravitant autour du terril" (Morelle, Liège-Matin RTBF du 08-03-2007).
Les actionnaires de cette Belle aux bois dormante espèrent tôt ou tard valoriser ces dizaines d’hectares, après valorisation des schistes des terrils. Mais en attendant, quand il y a des frais à faire, ils sont aux abonnés absents. C’est ainsi que la SPI a du démarcher pendant des dizaines d’années pour ‘récupérer’ le siège du charbonnage du Hasard à Cheratte. Aujourd’hui on nettoie cette friche avec de l’argent public. Le siège du charbonnage de Milmort est aussi l’objet d’une procédure déjà bien avancé pour construire plusieurs dizaines de logements.
Le Décret du 9-5-1985 de la  Région Wallonne avait établi un classement des terrils en 3 catégories "A", "B" ou "C". Un premier classement a été établi en 1989, puis un second en 1995.  Le 9/3/1995, le terril a été classé en catégorie "C", c'est-à-dire éventuellement exploitable, cela suite à une intervention de la S.I.R,  partenaire immobilier du Golf de Bernalmont, qui avançait une extension possible du golf, bien que son intention était tout autant l’exploitation du terril.  La S.I.R. avait d’ailleurs déjà présenté en 1987 une maquette avec le terril de la Petite Bacnure remodelé en illustration du projet de création du golf. 
Depuis ce projet a été abandonné et la liaison entre le golf et le terril coupée par un lotissement.
En 1999 encore la SIR avait suggéré l’exploitation du terril.

Un glissement de terrain

Pourtant, l’INIEX avait conclu, en 1989 déjà, que le terril de la Petite Bacnure est non exploitable pour ce qui est de la récupération de charbon.  Et pour cause, dans les parties brûlées du terril, il n’y a plus de matière combustible. Même l'exploitation du schiste rouge du terril de la Petite Bacnure n’est pas envisageable à cause de la combustion.  Cet avertissement est d’autant plus fondé que le terril a connu en 1969 un début d’exploitation de schiste en tant que remblais. L’exploitation menée en dehors de toute règle de sécurité ne survécut pas à un accident mortel survenu sur le chantier au pied du terril.
Un glissement de terrain relance le débat en avril 1999. Une partie du versant sud-ouest du terril s'effondre et obstrue partiellement la rue Campagne de la Bance. La cause de ce glissement est le tassement dû à la combustion, et l’humidification de la base du terril par la non-évacuation des eaux de ruissellement et d’égouttage. Quand la SIR doit passer à la caisse, ils sont aux abonnés absents. Le déblaiement traine en longueur, ainsi que l’enquête sur les causes. En 2006 Frédéric Daerden veut "avancer sur le terril de la Petite Bacnure. Un jugement doit intervenir le 15 juin. Il faut en profiter pour changer le terril de catégorie et le faire araser pour débloquer la situation" (La Meuse du 2 juin 2006, "Les premières volontés du premier homme"). Un jugement de la Cour d’Appel de Liège du 12-07-2006 condamne Herstal à réaliser des travaux au pied du terril et à en partager la facture avec la S.I.R. et la F.P.A. (Fondation Sud-Africaine). La Ville invoque le risque d’insolvabilité de ces derniers et fait procéder à une saisie conservatoire de 95.000 € sur les schistes du terril.
Le 16 mars 2009  le Conseil Communal de Herstal a voté la vente de schistes du terril afin de couvrir une partie des frais de sécurisation  du terril. Le PTB a voté contre à cause des nuisances certaines qu’entraîneraient pour les riverains pendant les 5 à 10 ans d’exploitation du chantier à ciel ouvert pour traiter les 3.231.000 mètres cubes de schistes du terril.
Nadia est intervenu au conseil communal : « Le 30 mars 1995 le Conseil communal a votée quasi à l’unanimité une motion contre la décision de la Région Wallonne de classer le terril de la Petite Bacnure en catégorie C (éventuellement exploitable après investigations) et non de la maintenir en catégorie A (inexploitable) comme le souhaitait la Commune.  Par ailleurs, ce même conseil communal réaffirmait sa volonté de voir au plan de secteur ce terril classé en Zone Naturelle.  L’attachement des Herstaliens à ce qui est leur terril - pétris de leur sueur, si pas de leur sang - mérite mieux qu’une décision d’arasement.  Lorsqu’en 1994 s’était posée la question du premier classement (A, B, C) des terrils quant à leur valorisation, 448 signatures de riverains ont été recueillies pour la conservation des terrils. »

terril bacnure vu du terril Batterie (Vottem)
Les terrils herstaliens nous offrent 20 hectares d’espace "nature"  soit 0,9 % du territoire communal.  Ces 20 hectares sont, sur les 2.354 hectares du  territoire communal, les seuls espaces verts et boisés conséquents à l’abri de toute intervention humaine. La valorisation de nos terrils en tant qu’espaces naturels serait facilitée s’ils avaient le statut de propriété publique - tel le terril de l’Espérance qui est propriété de la Commune de Saint-Nicolas. Au plan de secteur, le terril pourrait passer de la zone verte à la zone naturelle, et, pour ce qui est de sa valorisation, il pourrait passer de la catégorie "C" "exploitable sous condition" en catégorie "A" "inexploitable".  Enfin le passage du terril au statut de propriété publique, permettrait d’envisager, pour ce terril remarquable, un classement en tant que Site. La s.a. des Charbonnage de la Grande Bacnure était débitrice à l’Etat belge d’emprunts non remboursés. Pourquoi elle n’a pas été l’objet de saisie, qui aurait pu donner un statut de propriété publique à ces terrils ?
Les valeurs écologiques et paysagères de ces terrils sont d’ailleurs mises en avant dans le Schéma de structure de la Commune de Herstal.  Pour le Centre de recherche de l’ULB qui a élaboré ce Schéma en 2003, le maintien des terrils constitue un atout de base pour ce qui est de la gestion environnementale du territoire communal herstalien. 

Un terril en combustion

A la surface d'une pointe de combustion on a une température comprise entre 25 ° C et 60 ° C. Elle peut monter à 100 ° C à une profondeur quelques dm et à 1000 ° C dans la partie intérieure du foyer.
Il n’y a pas de végétation si la température dépasse 50 ° C, mais entre 20 ° C et 45 ° C on a une végétation (Digitaria sanguinalis, myuros Vulpia et Spergularia rubra) liée à un microclimat très particulier, où le sol ne gèle jamais, et la végétation reste verte pendant tout l'hiver là où elle sèche rapidement en été. La combustion peut prendre plus de 50 ans.
La flexion gravitropique des arbres sur les pentes est une conséquence de la  reptation du sol, suite de la raideur de la pente et la faible compacité.
Des glissements de terrain ont été observés sur tous les terrils, presque tous liés aux zones ayant de la combustion. Tandis que des glissements de terrain étaient fréquents dans la période d’activité et ont menés à des catastrophes comme le glissement de Jupille, les glissements de terrain en cours s'inscrivent dans le cadre du processus de stabilisation et sont principalement corrélés à la combustion.

Documents

Walthère Franssen (de dos) à Cheratte
Maud Verkindere "Les terrils à Herstal"
Philippe Frankard, " Flore, végétation et écologie des terrils charbonniers de la région liégeoise" mémoire de licence 1984 au Département de botanique de l’Université de Liège.
Intervention du professeur Monjoie du Service de géologie de l’Université de Liège au Colloque sur les friches de charbonnages de la région liégeoise, le 27/11/00 à l'ULG
Le trajet de la prochaine balade santé de MPLP Herstal sur routeyou.com http://www.routeyou.com/…/tour-terrils-bv-bernalmont-ptte-b…


Aucun commentaire: