jeudi 27 février 2014

A la mémoire de Louis Neuray, délégué des Comités de Lutte Syndicales (CLS, les syndicats clandestins sous l’occupation) aux Acec Herstal.

La Fabrik - ex-ACEC photo rhizome
En 2009 l’actuel propriétaire de la Fabrik sur le site des ex-Acec, ex CEB (Constructions Electriques de Belgique)  apprend que sur la façade d’un des bâtiments y avait jadis une plaque-mémorial dédié aux membres du personnel des ACEC (ateliers CEB) qui ont donne leur vie lors de la deuxième guerre mondiale. Cette plaque n’était plus là : quelqu’un l’a malheureusement volé. Il veut maintenir la mémoire de ces gens: «on sent la douleur et la transpiration des ouvriers a l'époque. Ca impose le respect ». Il fait des recherches et réussit à reconstituer la plaque qui est inauguré en 2011 en présence des autorités communales.
Je connaissais un peu Louis Neuray, délégué des Comités de Lutte Syndicales (CLS, les syndicats clandestins sous l’occupation) aux Acec Herstal sous l’occupation. A mon étonnement, je ne retrouve pas
La Farik- espace d'évènements
son nom sur cette plaque. En regardant le texte, je me rends compte que la plaque est dédicacée aux « 13 membres du personnel disparus pendant la guerre ». Je savais que Louis était revenu des camps, et je croyais que pour cette raison on n’avait pas repris son nom.
Mais en réalité la direction des Acec de l’époque n’a pas voulu être confrontée avec le nom d’un révolutionnaire qu’elle avait licencié le 14 décembre 1940. Dans les Mémoires d’un ancien dirigeant du PCB, Jacques Grippa, j’apprends que Neuray avait été arrêté par les nazis sur dénonciation de la direction, suite à une action contre une cotisation pour le Secours d’hiver d’inspiration nazie que cette direction voulait imposer aux ouvriers.
Ca a été l’occasion pour moi de faire une petite recherche sur la vie de ce révolutionnaire, né à Anhée en1907 et décédé à Liège le  23.10.2002.

Des communistes dont Neuray dans  les premiers occupants de Breendonck.

Les archives de Solidaire tracent le contexte: dès septembre 1940, il y a, sous la direction de communistes, sabotages, propagande anti-fasciste, des grèves notamment dès juillet 1940 à Liège, en septembre 1940 au Borinage, et qui se poursuivent en Flandre comme en Wallonie. Ce sont des communistes tels René Dillen, responsable du Parti à Anvers; Leenaerts, un cadre flamand; Louis Neuray des ACEC d'Herstal; Borremans, député et Jules Vanderlinden, responsable bruxellois qui furent les premiers occupants de Breendonck. Ceci contredit les thèses qui continuent à affirmer que la Résistance communiste n'a vu le jour que lorsque l'URSS a été envahie par les nazis en juin 1941.
Les pôles de la vie syndicale se recentrent autour de la figure du militant d’usine qui se substitue à celle du dirigeant syndical. Durant l’hiver 1940-41, les protestations contre l’insuffisance du ravitaillement se multiplient dans les usines, avec l’aide du Parti Communiste. En Janvier 1941, 10.000 travailleurs des charbonnages liégeois se mettent en grève. Dans la métallurgie, les premières sections syndicales clandestines sont constituées aux A.C.E.C. d’Herstal par le militant communiste Louis Neuray et à Cockerill par Robert Lambion. Cette activité culmine en mai 41 dans la grève des 100.000, déclenchée par les femmes d’ouvrage de Cockerill à l’instigation de R. Lambion.
Ajouter une légende
Louis Neuray explique que c’est Lahaut même qui lui a suggère de se présenter aux Acec.  «En août 1940, j'ai dit à Lahaut qu'un ingénieur des ACEC pouvait m'embaucher. 'Fais-toi embaucher. Aux ACEC, tu peux prouver que l'action syndicale en temps d'occupation n'est pas morte et que le noyau de la lutte contre l'occupant se trouve dans les usines. Combattre le patron, c'est aussi combattre l'occupant', avait répondu Lahaut.»

Louis NEURAY, 3 ans et demi de travaux forcés suite à une dénonciation de la direction des ACEC Herstal

Durant l’hiver 1940-41, les protestations contre l’insuffisance du ravitaillement se multiplient dans les usines. En Janvier 1941, 10.000 travailleurs des charbonnages liégeois se mettent en grève. Aux A.C.E.C. de Herstal, les premières sections syndicales clandestines sont constituées par le militant communiste Louis Neuray
Louis Neuray raconte : « Le 7/9/1940 j’entre aux Acec comme électricien. J’y développe un travail syndical avec Sépulcre et d’autres camarades, membres du PC et des JC. Ces noms se trouvent tous, je dis bien tous, dans la liste des fusillés ou des morts en déportation des ouvriers des Acec. Les délégués des Acec Charleroi et Herstal viennent avec un projet de contribution au Secours d’Hiver.
Ajouter une légende
Ce projet est refusé en Assemblée Générale. Je propose de lutter pour un meilleur ravitaillement, et de désigner d’hommes nouveaux qui refuseraient les capitulations. Je présente la demande à la direction qui refuse. Je fais alors des démarches auprès du colonel allemand qui alloue les contingents pour certaines industries. Je me présente comme directeur accompagné de son délégué. Hurlement du colonel : ‘pourquoi délégué avec directeur ? Vous n’avez donc pas d’autorité dans votre usine’ ? Il fait quand même un bon pour un enlèvement gratuitement de 12 ou 15 tonnes de pommes de terre. Nous organisons la distribution de 5 kg de patates par membre du personnel. Le PDG proteste contre l’éviction de l’ancienne délégation, et nous interdit toute prise de parole au réfectoire. Je prends la parole quand même et je me fais mettre en chômage pour ‘manque de travail’. Le samedi 14 décembre une Assemblée Générale vote la grève pour lundi. Une délégation dirigée par mon ami Sépulcre est reçue par la direction. Sans résultat. La grève est décrétée et un tramway est pris d’assaut puis un deuxième pour monter à la Kommandantur Place Saint Lambert. Les allemands me reçoivent en compagnie de Sépulcre mais exigent une reprise du travail le lendemain sinon les délégués seraient arrêtés. Le 17 décembre je suis arrêté par la Feldgendarmerie et la Gestapo. Aux Acec, suite aux menaces, le travail a repris. Des mesures sont prises pour congédier une bonne dizaine d’ouvriers et ouvrières du ‘type Neuray’ comme le disait si bien le directeur N. à tout qui voulait l’entendre. La direction générale impose l’embauche d’un agent de la Gestapo.
Au sein des Acec la solidarité s’organise : chaque quinzaine les travailleurs se cotisent pour verser à ma femme l’équivalent de mon salaire. Pendant quatre ans avec une admirable régularité cette collecte parviendra aux miens.
A la prison Saint Léonard, où je suis au secret pendant l’instruction de mon procès, je suis conduit à plusieurs reprises au siège de la Gestapo. Le commissaire de police de Herstal remet rapport à la Gestapo sur mon activité d’agitateur communiste.
Ma direction déclare aux allemands que j’étais un agitateur communiste, dénonciation retrouvée dans les minutes de mon procès par les armées américaines à Berlin (PV 16/12). Un rapport est remis en 1945 à l’auditeur militaire. Je suis condamné à 3 ans et demi de travaux forcés. En mars 1941 je suis déporté en Allemagne. Suite à une tentative d’évasion en 1943 je ramasse 32 jours de cachot, les jambes et bras fixés dans des fers. Je suis libéré parce que les 3 ans et demi de la peine étaient écoulés en septembre 1944. Arrivée à Liège en même temps que les armées américaines » (Interview Louis Neuray  Souvenirs de guerre dans Chroniques de la résistance du Front de l'Indépendance, 4 septembre 1976).
Nous retrouvons la trace tragique de Sépulcre dans un témoignage de Jean Derkenne, responsable communiste de la presse clandestine pendant toute la guerre: « Pour 1941 environ un million de journaux furent imprimés et distribués par le service de presse de la fédération liégeoise du Parti. Il faut ajouter à ceci les 20.000 cartes envoyées à Reeder pour la libération du Camarade Neuray, arrêté à la suite de son activité à la CEB. L’histoire de la Résistance conservera la souvenir de l’action courageuse de ce résistant dénoncé par certains cadres de la CEB (ACEC), arrêté en 1940 et condamné à trois ans de forteresse.
En avril 1942 notre service de presse fut touché par l’arrestation du Camarade Sépulcre. Ce militant avait été le bras droit de Louis Neuray à la CEB. A cause de ces évènements, Sépulcre avait déjà été inquiété par la police allemande. Il fut libéré avec les autres prisonniers de la Citadelle de Huy le vendredi qui précéda l’invasion de l’USSR. Rentré chez lui, il fut de nouveau arrêté le dimanche matin. Déporté à Neuengamme, il n’en revint jamais » (Chroniques de la Résistance du FI Mai 1975 p26).

Comment le syndicaliste Robert Neuray a vécu l'arrestation de son père

Robert Neuray
Robert Neuray, fils de Louis, et syndicaliste dans le secteur de l’enseignement témoigne : « j'ai assisté à l'arrestation de mon père le 17 décembre 1940. J'allais avoir 10 ans... Je me souviens très bien des circonstances du combat syndical mené par mon père. Une petite précision: l'usine de Herstal n'avait pas encore été reprise par la société "ACEC" de Charleroi: c'était toujours les "CEB" (Constructions électriques de Belgique). Un élément important à signaler, c'est la situation dramatique dans laquelle allait se trouver notre famille, privée de son gagne-pain, d'autant que ma mère ne trouvait plus de travail, parce que mise à l'écart par tous les pourvoyeurs de travail de l'époque! Nous étions complètement démunis, au point de ne plus pouvoir utiliser nos timbres de ravitaillement... A dix ans, j'escaladais le terril de la "Petite Bacnure" pour recueillir, au milieu des pierres, quelques morceaux de charbons déversés par les bennes automatiques ; notre quartier n'étant pas raccordé au gaz, ce charbon était notre seule source d'énergie pour cuisiner et se chauffer...Alors que ma mère était dans la désespérance, un ouvrier des CEB est venu nous apporter l'argent de la première collecte organisée - tout au long de la guerre d'ailleurs - pour dépanner les familles des camarades arrêtés... La solidarité s'exprimait par des travailleurs déjà démunis, qui aidaient plus démunis qu'eux-mêmes... Ce fut un moment de grande émotion, que je n'oublierai jamais ! Je venais de comprendre ce qu'était la solidarité... Par delà le temps, je voudrais remercier encore ces ouvrières et ces ouvriers généreux qui nous ont rendu l'espoir quand tout semblait perdu... N'oublions pas qu'alors, on ne pouvait deviner l'avenir et que beaucoup étaient persuadés que l'Allemagne avait définitivement gagné la guerre !
Un an plus tard, ma mère, qui participait à des activités de résistance, échappa de justesse à une arrestation suite à une dénonciation ! Elle se retrouvait ainsi dans l'illégalité, ce qui signifie que ni elle, ni ma soeur, ni moi n'étions plus couverts par la sécurité sociale... C'est ainsi que toute la famille fut dispersée et que nous, enfants, fûmes placés dans des familles différentes... Je fus ainsi ballotté de ma 11ème à ma 14ème année entre 12 ou 13 familles !...
Fin octobre 1945, ma soeur et moi, avec d'autres enfants, avons traversé en train, durant trois jours, l'Allemagne dévastée, pour nous retrouver finalement en Suède, où nous fûmes chaleureusement accueillis pendant plus d'un an... Ma soeur et moi-même sommes particulièrement sensibles aux informations ainsi mises en lignes concernant cette époque douloureuse et nous remercions vivement celles et ceux qui ont contribué à diffuser ces informations sur Internet »...
Abandonné par ses gardiens pendant un transfert interrompu par un bombardement allié, Louis rentre au pays à pied au travers de la ligne de front. Il arrive à Liège en même temps que les armées américaines Il est présent au retour de Julien Lahaut.» (Jules Pirlot, Julien Lahaut, p.92).
Ajouter une légende
Louise Beelen, militante communiste, épouse de René Beelen, rescapée de Ravensbruck,  retrouve Neuray lors d’une visite à la Fédération liégeoise du Parti installé tout près du pont des Arches, juste après sa rentrée des camps (chroniques de la résistance N°8 déc. 1982 p.35)
Dès son retour, Louis reprend à fond la vie militante – comme beaucoup de dirigeants du Parti Communiste. Il est élu au Parlement en 1946. Il exige et obtient un procès contre la direction des Acec, mais il n’ontient pas leur condamnation. Il serait intéressant de retrouver les notules de ce procès. Pour un homme affaibli par trois ans et demi de camps et un retour difficile à travers les lignes, c’était peut-être un peu de trop. Le 10 décembre 1947, Louis Neuray adresse à Edgard Lalmand,  secrétaire général du PCB, sa lettre de démission comme parlementaire et militant, sans renier son engagement communiste. La commission de contrôle politique le convoque, il n’y répond pas. La présidente de cette commission fait des démarches amicales  pour appeler Neuray à une attitude plus coopératrice. Il n’y a rien à lui reprocher sinon cette démission surprise. Neuray s’établit en France. Lahaut intervient encore pour que le PCB apporte une aide à sa famille en difficulté.
Selon Jules Pirlot, « la lecture de son dossier au Carcob me fait penser que Neuray  faisait une véritable dépression nerveuse au moment de sa démission, contre-coup de ses souffrances pendant sa détention, des déboires familiaux et d’ une mission politique qui ne lui convenait pas ». Tout cela n’enlève rien à sa conduite héroïque face aux nazisme.
Très âgé,  après le décès de sa compagne française, il reprend sa carte à la section de Liège du PC et devient le compagnon de Jeanne Massart, la veuve de Paul Renotte. 
Voilà un peu l’histoire d’un nom manquant sur une plaque commémorative, elle-même volée et reconstituée. Une page glorieuse et poignante de la résistance dans une usine herstalienne.

Sources

Souvenirs de guerre / Louis Neuray in Chroniques de la résistance du Front de l'Indépendance, 4 (septembre 1976)
IHOES, La presse clandestine de Seraing http://www.proxiliege.net/index.php?page=article&id=1053&idrub=26 Louis Neuray militant des ACEC d’Herstal, confident de Julien Lahaut dont le fils sera un syndicaliste de la Place Saint Paul dans le secteur de l’enseignement…
José Gotovitch du Rouge au Tricolore, Labor 1992 trois références à Louis Neuray  dans
Voir aussi mon blog Les héros des cent mille briques : la prison de Saint Léonard
et http://hachhachhh.blogspot.be/2011/12/suzanne-gregoire-une-grande-dame.html


Aucun commentaire: